20 août 2006

FAKIR MUSAFAR

brandingstripbranding_lines

Pour commencer je tiens a préciser que je ne cautionne pas forcement certaines pratiques que vous pourrez retrouver avec le lien que (j'essaierai) de vous mettre, meme si la demarche spirituel n'est pas ininteressante

http://www.bodyplay.com

je tiens a préciser pour les curieux et curieuses que certaines photos que vous trouverez sur ce site peuvent vous deranger fortement ou meme vous choquez, apres c'est vous qui voyez!!!....

Interview de Fakir Musafar

sujet: le body art: une mode? ou comment preserver l'aspect magique et spirituel

" c'est merveilleux! j'ai du mal a croire qu'il y a moins de 25 ans, il n'existait PAS UNE SEULE PORTE aus usa, au canada, ou en europe, qu'on pouvait franchir pour acquérir un piercing autre que celui des oreilles. Je sais que pour certains lecteurs, cette période de temps peut paraitre une étérnité. Mais en réaliter, l'art corporel que nous pratiquons aujourd'hui est relativement recent, un bébé dans la culture occidentale.

Les questions suivantes se posent: cela durera t il?

Ou allons nous a partir de là?

Nous avons connu l'aube d'une révolution culturelle qui n'est pas encore entièrement apréhendée par la société dominante, mais qu'ils le veuillent ou non, nous avons forcé la porte et nous nous sommes plantés devant eux!

Maintenant, nous sommes partout et nous constituons une force non negligeable.

Nous sommes different, mais comment?

Je pense qu'en ce qui concerne le corps, les tabous vieux de 2000 ans de la culture occidentale judéo-chrétienne sont repoussés, jetés et remplacés par une croyance universelle encore plus ancienne, à savoir que le corps appartient a celui ou celle qui vit dedans, et non pas a un dieu distant assis sur son trône, ni à ses prêtres, émissaires ou représentants. Le corps n'appartient pas non plus à un père/une mère/un frêre/une soeur ou un(e) epoux(se) dominant(e) et exigeant(e).

Ni d'ailleurs à une institution éducative, médicale ou correctionelle.

Aucun de ces "autres" ne peut reclamer la propriété de nos corps. Nos corps NOUS appartiennent, et nous avons le droit d'en faire ce que nous voulons-tant que cela ne diminue pas les droits des autres.

La propriété de nos propres corps et le droit de les décorer, de les modifier et de les utiliser à des fins non autorisées par les codes moraux sur laquelle repose la culture occidentale, sont des idées relativement nouvelles chez nous. Comment cela s'est il produit?

D'ou viennent ces concepts radicaux et ces pratiques?

D'autres cultures, bien entendu! Ce que nous faisons est principalement emprunté à d'autres, un fait que nous ne devons jamais oublier.

Ces dernieres années, j'ai rencontrer de nombreux modificateurs du corps, et j'ai personnellement formé prés  de 1000 d'entre eux à l'art et a la magie du body piercing, aux rites corporels, au tatouage et au branding. Ces arts sont ma passion depuis plus de 50 ans et j'éprouve le besoin de les partager avec quiconque manifestant un intérêt sincère. Je n'ai jamais oublier d'ou viennent ces pratiques, et je traite avec honneurs et respect ceux qui en sont la source.

Cependant, tout commes les marins d'antan qui avaient decouvert le pacifique sud et avaient été émerveillés par ces marques sur la peau, nombreux sont ceux qui pratiquent les arts corporels anciens en nous apportant seulement une PARTIE de ce qu'ils ont empruntés. Oui, il y a plusieurs centaines d'années, ces marins avaient bel et bien rapporté en europe la technique du tatouage. Cependant, ils n'avaient rapporté les traditions ou les raisons pour lesquelles ont créait ces marques symboliques primaires, ni la MAGIE qui les enveloppait.

Donc pendant plusieurs centaines d'années, l'occident a été limité au tatouage illusté-avec des images seulement familières aux occidentaux.

Même si elle comportent une signification pour celui ou celle qui les porte, ces images ne projettent aucune puissance magique comme c'était le cas chez les anciens.

Plus recement, certains d'entre nous sont remontés a la source et ont decouvert la beauté, la puissance et l'energie des styles anciens de tatouage, comme le tribale en noir.

Il en va de meme avec les autres rites corporels que nous avons empruntés.

Les piercing corporels et les piercing utilisés pour se suspendre ont leur origine dans d'autres cultures: celles des indiens d'amérique, des hindous savite d'inde du sud, des sufis, des africains et des asiatiques de l'est.

Une fois encore, ce qu l'on voit dans ces pratiques a été emprunté.

Par contre, ce qu'on ne voit pas, le mouvement et la manipulation des énérgies, l'effet dans les mondes "invisibles", n'a pas été emprunté et fait souvent défaut.

Des le début, j'explique à mes étudiant du piercing et du branding qu'ils rempliront un rôle dans notre culture.

Qu'ils rempliront le role du shaman, celui du sorcier. Ils satisferont un besoin social non pourvu par les religions occidentales, l'education, la médecine, le gouvernement ou la psychiatrie, lesquels sont souvent des enemis de l'édification et de l'expression individuelle par les rites corporels.

L'art corporel contemporain va t il durer?

Probablement pas, si nous ignorons les vérités universelles qu'il contient, ou si nous l'exploitons dans des buts egoistes au commerciaux. Je suis pesuidé que ce que nous faisons est necassaire. Cela fait partie de notre évolution. Je pense que l'art corporel deviendra une partie permanente, accepté et durable de notre culture, si nous honorons ses sources et conservons intact son aspect spirituel."

Posté par sammael à 04:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

PIERCING: La crainte de la douleur et le chemin de la sagesse

DSC00159J'ai toujours pensé au body piercing en termes d'expérience spirituelle.

Quelquchose par laquelle ont doit passer pour atteindre un niveau de conscience plus élevé.

Le coté immédiat du piercing a le pouvoir de renouer physiquement le lien entre celui ou celle qui se fait percer et son corps.

Peu etre est-ce la douleur qui éveille l'esprit blasé a son entourage?

Il se pourrait aussi que la perssonne qui s'inquiete de la douleur, se fasse un tel monde du moment avenir, que lorsque l'aiguille perce finalement la peau, toutes ses peurs s'envolent, libérant ainsie un sentiment d'euphorie.

Quoi qu'il en soit, il est clair que quelquechose dans l'acte instantané du piercing provoque un changement dans le psyche de la personne.

Apparement pour beaucoup de gens, la douleur du piercing est une prise de conscience. Notre tendance a ignorer le domaine physique nous cause un choc lorsqu'on impose volontairement la douleur. Nous passons la plus grande part de notre existence à nier la mort et à éviter la douleur, mais lorsque nous nous faisons percer, nous prenons la décision consciente d'accepter la douleur dans notre vie.

De plus, en portant des bijoux, nous montrons au monde non seulement que nous sommes capables de supporter la douleur du piercing, mais aussi que nous l'apprécions.

Selon ce raisonnement, plus le piercing est douloureux, plus la personne est capable d'inclure la douleur dans sa vie.

Cependant, certains des piercings les plus douloureux étaient souvent involontaires et endurés comme un rite de passage.

La cérémonie O-KEE-PAH, par exemple, au cours de laquelle un initiés est percé derriere les mamelons avec un couteau tranchant, puis suspendu à des crochets et poussé dans un tourbillon jusqua la perte de conscience, faisait partie d'un rituel plus éloboré destiné à durcir le psyche des futurs guerriers.

Ces expériences ont certainement résulté au moins en un état de conscience altéré, si ce n'est même en une edification complete.

Ce rituel était souvent combiné à d'autres formes de torture qui provoquaient également la perte de conscience, et altéraient le sens de la réalité. Le processus relativement sans douleur du piercing peut il produire un effet semblable à celui de ces rituels?

Il est clair en lisant ces descriptions, que le piercing n'était pas seulement un événement physique pour ces gens. Pourtant, beaucoup précisent que c'est la douleur qui provoque un changement spirituel. Donc, pour transcender le physique, on doit d'abort faire l'éxpérience d'une douleur intense, ou du moins croire qu'elle le sera. Dans ce cas, le piercing est un genre de cérémonie O-KEE-PAH, bien que la peur de la douleur soit en l'occurence plus grande que la douleur elle meme.

Les opinions faussent concernant le piercing font naitre la peur. lorsque la procédure du piercing a effectivement  lieu, les gens réalisent que leurs peurs étaient sans fondement. La douleur intense qu'ils s'etaient préparés a subir n'est pas si terrible que cela, et ils en reste ahuris, lorsque le sens de la vérité da quelqu'un se brise, les portes de la perception s'entrouvrent juste assez pour que des changements mentaux véritablements excitants se produisent.

Posté par sammael à 03:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 août 2006

LE PIERCING A TRAVERS L'HISTOIRE

DSC00148Pour la plupart d'entre nous, chaque piercing marque un rite de passage, un moment arraché au temps, un symbole donnant matière à reflexion.

Qu'il s'agisse d'un piercing secret des parties gènitales qui dévoile seulement à nos partenaires intimes l'intensité de notre énérgie sexuelle, ou qu'il s'agisse d'un piercing complexe du cartilage de l'oreille, qui affiche publiquement nos gouts changeants, les motivations qui nous poussent à adopter un piercing ne sont guère différentes de celles des cultures tribales en Afrique ou à Bornèo, ou le piercing signalait l'entrée dans l'age de raison et l'eveil à la spiritualité.

Pour comprendre vraiment les ornements corporels comtemporains, nous devons feire un retour dans le temps et explorer la gènèse du body piercing et son évolution dans les différentes cultures.

Bien que le body piercing ait connu une renaissance dans les sociétés occidentales au cours des dix dernières années, il fait depuis longtemp partie de la tradition de nos ancêtres. Les plus anciens piercings des oreilles, du nez, des lèvres et des parties génitales dont on a retrouvé la trace, remontent à 5000 ans av JC, chez les Egyptiens, les peuples de Bornéo, de Samoa et en Amazonie. Le piercing des lobes d'oreilles est le rite le plus ancien. Dans de nombreuses cultures, on se perçait les oreilles en signe de beauté, de richesse, de sagesse ou de rang. Le piercing du lobe de l'oreille a conduit au piercing du cartilage vers 4500 av JC en Egypte.

Les croyances culturelles et religieuses étaient la motivation première pour ces pratiques. Le piercing du nombril etéit plus particulièrement le symbole de la royauté chez les Egyptiens. Dans de nombreuses tribus africaines, on se perçait le nez pour se protéger des démons qui pénétraient dans le corps par les narines et provoquaient de terribles maladies. Les peuplades d'Inde exhibaient des piercings au nez avant le 11e siecle. Les Egyptiens et les indiens Ottawa d'amérique du nord en faisaient autant.

Les Mayas des années 300 av JC s'ornaient de nombreux piercings aux oreilles, au nez, aux lèvres et aux parties génitales. Le piercing des lèvres étaient trés pratiqué chez les Esquimaux et le mérite du premier piercing de la langue revient aux Aborigènes d'australie.

Les formes les plus sensibles, intriguantes et souvent brutales du piercing sont réservés aux parties génitales. Chez les femmes à Rome et en Polynésie au 5e siecle avant JC, ces piercings étaient destinés à attirer des soupirants.

Le piercing du pénis, ou phalang, est représenté dans l'art de l'Asie du sud-est dés le 4e siècle et on le retrouve dans le kama soutra à partir du 6e siècle. Ce piercing horizontal au travers de la tête du pénis a aussi ses origines a Bornéo, Sulawesi et Sumatra. On le pratiquait souvent pour symboliser le courage, la virilité et augmenter les stimulations sexuelles pour chaque partenaire. Le piercing de la peau entre les testicules et l'anus, appelé le guiche, tire ses origines de Tahiti, ou ont le pratiquait en guise de rite de passage pour les garçons. A Samoa, il servait de rite de puberté.

Les cultures tribales ont communément offert l'image de corps lourdements décorés avec des bijoux clinquants qui pendent de plusieurs parties du corps. Cependant, certains parmis vous seront surpris d'apprendre qu'une forme trés populaires de piercing dans le monde d'aujourd'hui remonte à l'époque des romains. Au cours du 5e siécle, de nombreux soldats romains se faisaient perçer les mamelons en signe de courage, de force et de virilité. Selon d'autres sources, ce piercing avait une fonction pratique: maintanir la cape en place (aïe!)

Le fameux piercing Prince Albert tire son origine de source royale. Les sensibilités victoriennes rendaient la vie difficile  aux hommes ne seraient ce qu'un peu trop bien pourvus sexuellement. Avec des pantalons moulants pour monter a cheval et des codes moraux étriqués, que pouvait donc bien faire le pauvre homme?

Tres simple, enserrer son pénis dans un anneau alourdi et "cacher" sa virilité protubérante aux regards. Selon la rumeur, le Prince Albert lui-même faisait appel à cette technique réductionniste, d'ou le nom...

Faisons un bond en avant vers les années 1960, qui s'ignalent l'émérgence des subcultures Hippies et Bikers en europe et en amérique du nord. Ces subcultures marquaient leurs territoires respectifs au travers de la modification corporelle.

Chaque groupe était animé par l'esprit de rebellion contre les normes établies et avait créé des associations éloborées, formaient des "tribus" modernes basées sur des croyances politiques, des modes de vie et des intérets communs.

La tradition tribales du piercing a été relancée dans les années 1970 par le mouvement Punk, et continuée dans les années 80 flamboyantes.

Le fait de redecouvrir l'individualisme reprimé et d'embrasser un nouveau standard de beauté basé sur l'ethnicité a conduit à l'acceptance générale du piercing dans les années 1990.

Aujourd'hui, le piercing est florissant et offre une gamme libératrice de moyens d'expression. On le pratique dans le but de parfaire son identité, de suivre une vocation spirituelle, de célébrer la famille et la camaraderie, et de rehausser la beauté et la sexualité.

DSC00017 Bien que de nombreuses formes de piercing n'aient pas été documentés tout au long de son histoire, on ne peut en nier le rôle culturel aux fil des ages.

Donc, que vous songiez à acquérir un piercing pour la premiére ou la soixantième fois, retenez son importance historique et prolongez la tradition!

Posté par sammael à 03:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 août 2006

modif corpo

bmepb325153bmepb326067bmepb325168

alors juste pour ceux qui aime les piercing et les tatouages, ou plutot la modification corporel, un site ou vous pouvez passer des heures

BME.freeq.com

ya des photos moins hard que celles ci......bien sur

tapez l'adresse sur le moteur de recherche.......ben ouais jui un manche en info

Posté par sammael à 01:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 juin 2006

implants plus piercing plus elargissement...ouf

image497sans commentaires.....

Posté par sammael à 23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

implants.....capillaires

image496alors lui il s'est fait implanter une plaque de métal (de l'acier chirurgical) et il visse et dévisse ces pointes comme il veut

Posté par sammael à 22:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

une petite serie de piercing

image495va être emerder pour mettre des lunettes.......ca doit faire loucher non?

Posté par sammael à 22:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juin 2006

a la demande générale......héhé!!!

image4841vous y tenez a la meilleur qualité des photos??

Posté par sammael à 03:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

rite ou hameçon?

image483a l'origine les apaches s'entaillaient le torse avec des dents de loups acrochés a des cordes relier a un poteau central.

Ils attendaient que leurs chairs lache et les marques-ccicatrices qui résultaient de cette cérémonie prouver a tous qu'ils etaient des guerriers

franchement cette blonde elle va aller chasser le bisons, ou partir en guerre.........peut être pour apater.......

Posté par sammael à 03:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

piercing plus implants

image485alors celle la je suis sur que vous allez pas regretter qu'elle soit floue...............

Posté par sammael à 03:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]